Archive for the 'en-dehors' Category

08
Juin
09

carnet de tournage

FOL_website

FACS OF LIFE  (a film by Silvia Maglioni & Graeme Thomson), FR/IT/UK 2009, HDV, 116′

Composed of eight interlinked plateaus, Facs of Life is a film occupying a liminal territory between documentary, fiction, essay and video art, which attempts to map molecular trajectories of life and thought beginning from a series of encounters: with video footage of Deleuze’s courses at Vincennes (1975-76), with several of the students who attended the seminar and who appear in these images, with the woods of Vincennes where the university buildings once stood, with students of the new university at St Denis, and inevitably with the phantoms of revolution, both cinematic and political, that continue to haunt collective desire.
The eight plateaus each fall under a key concept-word or refrain that delineates the territory of each student’s relationship to Deleuze’s thought (their angle of approach) and the nature of the filmmakers’ encounter with them. The plateaus, while sketching a narrative of the film’s making, are designed to fold and unfold upon each other in a series of non-linear, multiple concatenations and assemblages.

FACS OF LIFE TRAILER : VIEW >

DOWNLOAD (VOD) Facs of Life at DOCALLIANCE FILMS

FOL_frames

WORLD PREMIERE / OFFICIAL SELECTION INTERNATIONAL COMPETITION FID-Marseille 2009

CONTACT : lesfacsoflife@gmail.com

06
Fév
09

I went to the woods… (plan fixe/steadicam)

bois-still

« I went to the woods because I wished to live deliberately, to front only the essential facts of life, and see if I could not learn what it had to teach, and not, when I came to die, discover that I had not lived. »

Thoreau, WALDEN

06
Fév
09

in praise off (voice hypothesis)

eloge-de-lamour

Moi, j’étais là

La memoire

sans moi
Moi

J’étais
projeté
protegé

des projets
rejetés
jetés
dans la poubelle
de l’histoire

la plus belle histoire

01
Fév
09

facs of life : a user’s manual

Thus a concrete programme was designed, which can be stated succinctly as follows. For ten years, from 1925 to 1935, Bartlebooth would acquire the art of painting watercolours. For twenty years, from 1935 to 1955, he would travel the world, painting, at a rate of one watercolour each fortnight, five hundred seascapes of identical format (royal, 65 cm x 50 cm) depicting seaports. When each view was done, he would dispatch it to a specialist craftsman (Gaspar Winckler), who would glue it to a thin wooden backing board and cut it into a jigsaw puzzle of seven hundred and fifty pieces.

picture-8

For twenty years, from 1955 to 975, Bartlebooth, on his return to France, would reassemble the jigsaw puzzles in order, at a rate, once again, of one puzzle a fortnight. As each puzzle was finished, the seascape would be « retexturised » so that it could be removed from its backing, returned to the place where it had been painted – twenty years before – and dipped in a detergent solution whence would emerge a clean and unmarked sheet of Whitman paper. Thus no trace would remain of an operation which would have been, throughout a period of fifty years, the sole motivation and unique activity of the author.

(Georges Perec)

24
Jan
09

I am this I am that

picture-51

picture-4

mrs-dalloway1

picture-2

picture-11

05
Nov
08

brûler les films, mais avec le feu interieur…

picture-31

Paris 8 – St. Denis

4 novembre 2008

vlcsnap-2236167

vlcsnap-2238112

vlcsnap-2235791

vlcsnap-2237200

vlcsnap-2237800

vlcsnap-22382921

History of Organic Matter. What is fire ? Well, as we know, it is a very rapid oxidation and we know very well that oxidation is death. Fire, the anima, puffs of warm breath, this sign of life is also the most rapid path toward death. But inversely the life, the death (of organisms), is an oxidation that is very slow, a very banked fire. So, for example, in autumn we see yellow leaves grow red, then fall. And what comes of this in the end? The universal ash tray, the earth, (remains of the three kingdoms).

But on the other hand, at a certain season when the sun returns, the water tends to evaporate, this water which reimpregnates the universal ashtray,wishes to die in turn through the effect of the heat that rises again, it gives up, it evaporates, but then it draws along with it, toward the sky, those organic remains, it revives the universal ashtray, the grass and life surge up again and there is the pré. Grass, then, expresses the universal resurrection under the most elementary form.

(Francis Ponge)

26
Oct
08

de quoi avons-nous besoin?

UFCLA

D’UN FILM COMME LES AUTRES…

UFCLA2

UFCLA3

19
Sep
08

lignes d’erre (hypothesis 10)

13
Sep
08

digital development (ou révélation digitale)

18
Août
08

raptus of capture

29
Juil
08

like delicate wallpapers (hypothesis 2)

« Precisely where they become controllable and objectified, where the subject believes himself entirely sure of them, memories fade like delicate wallpapers in bright sunlight. But where, protected by oblivion, they keep their strenght, they are endangered like all that is alive. » (Theodor Adorno, Minima Moralia)

vlcsnap-2267252

29
Juil
08

grace notes (hypothesis 1)

« Not to write – what a long way there is to go before arriving at that point, and it is never sure; it is never either a recompense or a punishment. One must just write, in uncertainty and in necessity. Not writing is among the effects of writing; it is something like a sign of passivity, a means of expression at grief’s disposal. How many efforts are required in order not to write – in order that, writing, I not write. In spite of everything. And finally I cease writing, in an ultimate moment of concession – not in despair, but as if this were the unhoped for: the favour the disaster grants. Unsatisfied and unsatisfiable desire, yet by no means negative. There is nothing negative in ‘not to write’; it is intensity without mastery, without sovereignty, the obsessiveness of the utterly passive. » (Maurice Blanchot, The Writing of the Disaster)

17
Juil
08

argument de la diagonale/ z comme zigzag

19 juillet 2008 @ Bétonsalon

Dans le cadre de l’exposition Argument de la diagonale, Bétonsalon vous invite à la soirée Z comme Zigzag à 17 heures ce samedi 19 juillet.

::.: La fabrique du bois :.::

Le dispositif La fabrique du bois présente notre travail de recherche sur les liens entre Gilles Deleuze et ses étudiants à l’Université de Vincennes dans les années 1970. Cette présentation établit un dialogue avec le modus operandi de l’Abécédaire. Inspirés par les principes qui articulent (ou désarticulent) le texte de Francis Ponge La fabrique du pré (un texte qui s’intéresse davantage au processus de fabrication du poème qu’au produit fini), nous invitons le public à nous suivre pour une “ promenade virtuelle ” dans le Bois de Vincennes. Grâce à une carte prise sur Google Earth, nous avons élaboré un parcours rythmé par des fragments de textes, superpositions d’images et extraits sonores qui évoquent la méthode de travail  » radicale  » de Deleuze et la manière dont il élaborait des concepts.

SM & GT

“ La fabrique du bois ” is a dispositif that places aspects of our research on Deleuze’s work with his students at the University of Vincennes during the 1970s in dialogue with the modus operandi of “ L’Abécédaire ”. Inspired by the principles that govern (or ungovern) Francis Ponge’s La fabrique du pré (a text that attaches greater importance to the phases of preparation, elaboration and revision of a poem than to the finished product), we will engage the participants in a “virtual walk” around the Bois de Vincennes evoking through textual fragments, layered images and found sounds Deleuze’s radical working methods, his own endless preparation of lessons, the way he outlines a concept, seeds it, lets it lie, comes back to it by another route, adds something here or there, sees what happens when he places it in proximity to something of an entirely different nature, borrowed from another field of study. A google earth map of Vincennes will become an intensive cartography of multiplicities, a ground plan (or playground) for mnemonic conversational/conceptual itineraries and encounters.

S-crossing


02
Juin
08

to the lighthouse (expansive, glittering, vocal…)

21 juin 2008

vlcsnap-2249150

vlcsnap-2249421

The woods are lovely, dark and deep

But I have promises to keep

And miles to go before I sleep

And miles to go before I sleep

21
Mai
08

solution chimique en suspension

 » Il y avait, dans sa façon de faire, quelque chose de la recherche d’une solution chimique en suspension, dont la réussite dépend de l’exactitude des termes, des relations, des proportions. L’enchainement des idées était exposé à découvert. Il pouvait être fluide ou gagné par l’aridité et l’inconfort. Les opérations de la pensée s’écoutaient dans leur dynamisme, selons les tracés de l’humeur : ralentissements, errances, accélérations. Voix tendue, minérale, des enchaînements méthodiques ou flottements vers des régions quasi inarticulées, comme son rocaillement hrrrhrrreinhhh roulant d’un mot à l’autre, entrecoupé de suspension. Et puis, tout d’un coup, une ligne transversale, une vitesse…  »

Pascale Criton, L’INVITATION

02
Avr
08

Monument éphémère ?

Thomas Hirschhorn, Deleuze Monument (Avignon, 2000)

Thomas Hirschhorn, Deleuze Monument (Avignon 2000)

 » Ces monuments-hommage, avant tout des lieux de rencontres et de convivialité, prennent la forme d’installations éphémères dans l’espace public, loin des galeries et des centres d’art. Car le propos de l’artiste est de rendre cet hommage accessible à chacun, quelque soit sa condition sociale. Les sites choisis sont souvent des banlieues ou des quartiers défavorisés dont les habitants vont devenir les acteurs de l’opération. Hirschhorn requiert la participation de la population locale pour installer le « monument », souvent un abri de planches, de cloisons de carton et de bâches en plastique, à l’intérieur duquel sont agencés plusieurs espaces : documentation (des ouvrages de l’auteur y sont réunis), médiathèque, buvette … Les visites, l’animation, les conférences font coopérer intellectuels, artistes invités, visiteurs, et habitants des environs.

A la fin d’une exposition, il produit un catalogue qui retrace le déroulement de l’événement. Ainsi, il se présente comme « artiste travailleur soldat » (Deleuze Monument, Thomas Hirschhorn, Les documents). « 

23
Jan
08

l’inachevé ou filmer la philosophie

LE PREMIER PERSONNAGE

 » Outre l’ogre, le spectre, le fauve – selon la figure que l’on prete au bref phénomène vocal accompagnant la diction du concept, le penseur est l’évident premier personnage, sans cesse audible, du drame philosophique incarné par Deleuze dans son séminaire. Sa voix fait entendre les sentiments d’une pensée philosophique en acte: les promesses, les pièges, les jubilations et les brutalités qui lui sont associés. Elle ne cesse de dire à quel point il est intense et difficile de vivre dans l’universe d’apparition d’un concept. Elle montre quelle irascibilité est nécessaire pour traverser cette expérience en obtenant une définition du concept digne de ce nom, à l’autre bout du raisonnement.  »

Claude Jaeglé, Portrait oratoire de Gilles Deleuze aux yeux jaunes

PLONGER DANS UN MILIEU

 » Le grand mérite de Jean Rouch est d’avoir défini un nouveau type de cinéaste, le cinéaste scaphandrier qui plonge dans un milieu réel. Il accepte la maladresse, l’absence de relief du son, l’imperfection de l’image. En acceptant de perdre une esthétique formelle, il découvre des terres vierges, une vie qui possède en elle-meme ses secrets esthétiques.  »

Edgar Morin, CINéMA-VéRITé

LES TROUS NOIRES

 » Dans bien des cas, il y aurait avantage à laisser subsister des sauts d’image, ou bien des raies qui passent sur l’écran, ou bien à combler les trous visuels par de simples noir ou des grilles « .

(Gilles Deleuze, on students filming philosophy)

PERTURBATIONS

 » Ces TROUS NOIRS dont parle M. Deleuze font partie du choix des séquences qu’il a opéré et il l’a fait sans faire rentrer la technique comme critère de choix. Nous avons donc inclu dans le montage des documents défecteux liés à une absence de synchronisation, ce qui produit, lorsque l’on copie la bande pour la monter, une succession d’ondes de perturbation qui engendrent des phénomènes de broillage (son et image) de perturbations sonores, c’est le décrochage, plus d’image et comme son un 50 hertz strident.

Sans vouloir paraphraser le contenu du discours de Gilles Deleuze, il faut souligner que le sujet abordé contient en lui-meme une raisonnance avec le support vidéo. Redondances, trous noirs, visagéité, sont des notions traitées et explicitées avec l’image et le son, et deviennent non plus des idées abstraites mais concrètes et subjectivées.  »

Marielle Burkhalter, ENQUETE AUTOUR DE DOCUMENTS AUDIOVISUELS

L’INACHEVE

 » Aujourd’hui, la vision des cours filmes de Deleuze, trente ans plus tard, produit un étrange effet : c’est dans leurs imperfections memes, dans leurs béances que surgit l’émotion et la vérité d’une époque, que se révèle la force et parfois meme la naissance d’une pense. Comme s’il fallait des trous pour qu’apparaissent fugitivement des instants vrais, comme si les tremblements de la camera permettaient sans le vouloir des surgissements insolites. On peut saisir aujourd’hui à la simple vue et l’ecoutes des films sur les cours de 1975, un peu de l’attente fébrile qui envahissait Vincennes chaque mardi matin. On peut s’apercevoir de cet étrange phénomène en comparant les images des films tournés en 1975 avec celles d’un autre document que j’ai réalisé en 1987 d’un cours de Gilles Deleuze sur Leibniz, Là tout est techniquement en place, professionnel, la camera est immobile, les cadrages sont parfait, et pourtant, quel que soit l’intérets des paroles de Deleuze, l’émotion est comme absente.  »

Marielle Burkhalter, FILMER LA PENSEE ? CE N’EST PAS DE LA PENSEE FILMEE




::: NOW/HERE :::

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

::: Rhizome Stats :::

  • 41 545 hits