02
Avr
08

Monument éphémère ?

Thomas Hirschhorn, Deleuze Monument (Avignon, 2000)

Thomas Hirschhorn, Deleuze Monument (Avignon 2000)

 » Ces monuments-hommage, avant tout des lieux de rencontres et de convivialité, prennent la forme d’installations éphémères dans l’espace public, loin des galeries et des centres d’art. Car le propos de l’artiste est de rendre cet hommage accessible à chacun, quelque soit sa condition sociale. Les sites choisis sont souvent des banlieues ou des quartiers défavorisés dont les habitants vont devenir les acteurs de l’opération. Hirschhorn requiert la participation de la population locale pour installer le « monument », souvent un abri de planches, de cloisons de carton et de bâches en plastique, à l’intérieur duquel sont agencés plusieurs espaces : documentation (des ouvrages de l’auteur y sont réunis), médiathèque, buvette … Les visites, l’animation, les conférences font coopérer intellectuels, artistes invités, visiteurs, et habitants des environs.

A la fin d’une exposition, il produit un catalogue qui retrace le déroulement de l’événement. Ainsi, il se présente comme « artiste travailleur soldat » (Deleuze Monument, Thomas Hirschhorn, Les documents). « 


0 Responses to “Monument éphémère ?”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


::: NOW/HERE :::

avril 2008
L M M J V S D
« Jan   Mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

::: Rhizome Stats :::

  • 39,990 hits

%d blogueurs aiment cette page :